6 maladies du chat persan

Le chat persan est un chat qui a une constitution relativement solide, tout en ayant certaines fragilités qu’il faut connaître.

LES PROBLÈMES LIÉS AU SYSTÈME CIRCULATOIRE

Il peut aussi être victime d’une des maladies qui guettent n’importe quelle variété de chat persan.

Le chat persan n’est pas un émotif, mais lorsqu’il se sent acculé, il devient féroce, mais ceci ne semble pas affecter son système circulatoire. Il réagit comme il est programmé pour le faire.

Chez le chat persan, les maladies cardio-vasculaires ou cardiaque sont rares. Elles sont le plus souvent la conséquence d’une maladie infectieuse.

S’il y a malformation du cœur, votre chat persan en aura hérité de ses parents : d’où l’intérêt qu’il y a pour vous de connaître la généalogie de votre chat.

LES PROBLÈMES LIÉS AU SYSTÈME RESPIRATOIRE

Portez attention à la respiration de votre chat, indice de son état de santé. Chez un chat au repos les mouvements des flancs sont au nombre de 25 à 30 inspirations par minute. C’est une respiration silencieuse, sans râle ni sifflement.

Si votre chat est fiévreux, le rythme sera plus rapide. Mais lorsque sa respiration se réduit à un souffle, il y a danger.

L’ANGINE

Votre chat persan peut faire une angine suite à un changement brusque de température, à de l’humidité ou à une irritation de l’arrière-bouche par de la fumée.

La fumée de votre cigarette est encore pus nocive pour votre chat persan que pour vous. Elle irrite ses muqueuses fragiles.

Elle s’imprègne dans ses longs poils et il la respire alors même après que vous avez aéré la pièce.

En lui soufflant de la fumée à la figure, vous l’intoxiquez, comme vous portez préjudice à sa santé en le maintenant dans une pièce enfumée.

Vous diagnostiquerez une angine aux symptômes suivants : votre chat persan avale difficilement, il perd son appétit, devient triste et abattu et est pris de quintes de toux sèches, puis grasses.

Tenez-le au chaud. Le vétérinaires vous prescrira des antibiotiques efficaces.

LA BRONCHITE

Le système respiratoire du chat persan est fragile. Il faut éviter de l’exposer à l’humidité ainsi qu’à tout ce qui pourrait favoriser une bronchite ou toute autre maladie pulmonaire.

Une bronchite n’est jamais à négliger chez un chat, elle l’est encore moins chez un chat persan.

Elle peut être la conséquence d’une maladie du jeune âge. Elle est virale. Votre chat persan deviendra triste, perdra son appétit, il aura soif, plus que de coutume, sa respiration s’accélèrera et sa température s’élèvera.

Son nez deviendra sec et chaud. Peu à peu sa respiration deviendra difficile et vous entendrez des râles en écoulant sa respiration.

Il est possible qu’il rejette des filaments sanguinolents par le nez. Sa toux sera sèche mais peu fréquente.

La première chose à faire est de le tenir au chaud, loin des variations de température. Le vétérinaire devra l’ausculter et prescrire les médicaments adéquats.

Même si les antibiotiques sont efficaces il ne faut pas hésiter à consulter un vétérinaire, car les maladies de type bronchite évoluent rapidement chez le chat et peuvent dégénérer en maladies beaucoup plus graves.

LE CORYZA

La plupart du temps, cette maladie est imputable à un virus. La muqueuse du nez est enflammée. Votre chat persan éternuera fréquemment et se frottera ou se grattera très souvent le nez.

Le chat persan a tendance à s’enrhumer facilement. Surtout ne pas lui mettre de la vaseline mentholée dans le nez !

Même si le chat persan est bien nourri, il peut atteindre par des maladies à tout moment.

L’ASTHME

Il se caractérise par une difficulté à respirer, ainsi que par des éternuements suivis d’inspirations profondes et comme nerveuse.

L’asthme est une irritation anormale de la muqueuse du nez, due à des mucosités ou à des poussières irritantes retenues par les cornets. le nez court du chat persan le prédispose à toutes sortes d’ennuis de ce type.

Le vétérinaire calmera les crises en prescrivant des médicaments convenablement dosés et en dégageant ses cornets.