Les accidents qui guettent le chat persan

Les principaux ennuis du chat persan lui viennent de ses poils. Ils se mettent en boule et forment ainsi des abris pour les parasites.

LES ACCIDENTS DUS AUX VOITURES

Ils se mettent en boule autour de son pénis et le gêne dans ses relations amoureuses. Il les lèche et les avale, ce qui lui encombre le système digestif et peut être la cause de bien des ennuis.

Le chat qui possède tant de moyens d’estimer la distance n’en possède aucun capable de le renseigner sur la vitesse des voitures.

Un chat qui vient d’être frappé par une voiture automobile doit être manipulé délicatement.

Il faut le poser sur un tissu solide, comme une couverture, et le porter en hamac chez le vétérinaire car il a sans doute plusieurs fractures.

S’il fait une hémorragie, posez-lui un garrot entre le cœur et la plaie : déliez-le toutes les 10 minutes et refaites-le.

LES BRÛLURES

Comme premiers soins, passez-lui la patte sous le robinet d’eau froide et faites-lui un pansement avec une pommade antibiotique.

En cas de brûlure très sérieuse, seul le vétérinaire pourra faire quelque chose d’efficace mais il doit agir très vite.

En attendant, donnez immédiatement à votre chat persan quatre cuillerées à thé d’eau additionnées d’une pincée de sel et d’une pincée de bicarbonate de soude.

Les chats sont en général prudent et sentent la chaleur de loin, mais un enfant, ou vous-même, peut avoir un geste malheureux, avec une casserole d’eau bouillante par exemple.

LES COUPURES

Elles devraient guérir spontanément car le chat se lèche, mais le chat persan a du mal à atteindre sa peau ; il faudra donc veiller à bien nettoyer la plaie et à faire un pansement protecteur.

Attention aux pommades, toutes celles qui vous conviennent ne lui conviennent pas forcément.

LES EMPOISONNEMENTS

Pour le chat persan, la mort causée par les empoisonnements est plus rapide que la mort causée par les maladies quelques soient leurs variétés.

Le chat persan est un animal délicat : mais même s’il mange surtout des aliments de votre cuisine, il est tout de même possible qu’il s’empoisonne avec une souris qui a elle-même absorbé du poisson. Dans tous les cas faites-le vomir.

Si le produit est à base de strychnine, la mort sera brutale et rapide. Il existe cependant des antidotes que vous trouverez en pharmacie.

L’intervention doit être rapide car le poisson commence à agir dans les 10 minutes suivant son absorption.

S’il s’agit d’arsenic, le chat va saliver, vomir et montrer une grande faiblesse. Faites-lui prendre immédiatement et tous les quarts d’heure une cuillerée à thé d’eau albumineuse.

Les empoisonnements par le mercure, le phosphore, l’acide phénique proviennent le plus souvent de pommades que vous avez achetées sans avoir précisé au pharmacien qu’elles étaient destinées à un chat.

Elles sont prévues pour usage externe mais un chat se lèche !

Les souris empoisonnées et les pommades sont les principales causes d’empoisonnement du chat persan.

En résume, vous devers envisager les problèmes de santé de votre chat persan avec unecertain bon sens et un certain sens des responsabilités.

On ne s’improvise pas vétérinaire : le savoir combiné à l’expérience sont plus efficaces qu’une immense bonne volonté. Cependant :

Si votre chat persan se gratte, il n’a pas forcément la gale.

Observez bien les signes secondaires.

Si votre chat persan, surtout un bébé persan, s’agiteil n’a pas forcément la rage.

Observez bien les signes secondaires.

Si votre chat persan tousse une fois, il n’a pas forcément une bronchite chronique.

Observez bien les signes secondaires.

Si votre chat persan a une diarrhée un jour, il n’a pas forcément une gastro-entérite.

Observez bien les signes secondaires.

Si votre chat persan vomit un jour, il n’a pas forcément le typhus.

Observez bien les signes secondaires.

Il a peut être des poils qui le gènent, une oreille mal nettoyée, il a peut être avalé, un papillon rebelle. Il a peut-être un petit malaise sans lendemain.